De l’eau pour les éléphants : Critique

De l'eau pour les éléphantsLes événements se précipitent ces temps-ci, et voilà que j’accumule du retard sur mes critiques… A venir prochainement : Une folle envie, Midnight in Paris, et ici : De l’eau pour les éléphants.

Jacob Jankowsky voit sa vie bouleversée lorsque ses parents meurent dans un accident. Il abandonne ses études de vétérinaire et rejoint un cirque itinérant. Il y fera la connaissance d’un directeur violent, August Rosenbluth, et évidemment de l’étoile du spectacle, Marlène, femme du directeur, dont il tombera rapidement amoureux.

Je vais la faire très simple : De l’eau pour les éléphants, c’est Moulin Rouge, en moins bien évidemment. La comparaison vaut pour tous les aspects du film, hormis le genre, puisque le film de Francis Lawrence n’est pas une comédie musicale.

L’histoire est la même : un jeune homme qui débarque dans une institution du spectacle (cabaret vs. cirque), et qui tombe amoureux de la sublime star de celle-ci (chanteuse vs. écuyère). Malheureusement, le directeur de l’institution se met sur leur chemin (amant vs. mari). Sans parler de la mise au point d’un nouveau spectacle (comédie musicale vs. numéro avec l’éléphant), des amis « nains & loufoques » du héros (Toulouse Lautrec vs. le propriétaire du chien dont j’ai oublié le nom), etc.

Le casting suit le même principe : l’acteur découvert dans une trilogie (Star Wars vs. Twilight) qui monte, qui monte (Ewan Mc Gregor vs. Robert Pattinson), l’actrice sublime ultra-cotée actuellement (Nicole Kidman vs. Reese Witherspoon), et le méchant machiavélique sadique et angoissant (Richard Roxburgh vs. Christoph Waltz).

Et bien évidemment, l’acteur central du film est le même : l’éléphant ! (ceux qui ne voient pas le rapport avec Moulin Rouge feraient bien de le re-regarder !)

Vous l’aurez compris, rien de bien original dans le film. On réutilise simplement une recette qui avait bien marché il y a 10 ans (déjà !) ; le tout reste correct évidemment, mais on perd un peu de la saveur de la découverte.

Rating 3.00 out of 5
[?]