L’Affaire Rachel Singer : Critique

L'Affaire Rachel SingerLes très bons films étaient rares en juin. Parmi eux, une exception notable : L’Affaire Rachel Singer, remake du film israélien The Debt.

Le film retrace l’histoire de trois agents du Mossad dont la mission est de capturer le « chirurgien de Birkenau », un nazi sadique, à Berlin Est, et de le ramener en Israël afin qu’il soit jugé. Trente ans après, Rachel Singer, l’une des trois agents, se remémore l’affaire, et surtout ses zones d’ombres.

A l’origine, rien ne me poussait à aller voir ce film. Je n’avais pas vu le premier film, et ne suis pas fan du cinéma israélien. Je ne suis pas non plus grand amateur des films sur les nazis, la seconde guerre mondiale, etc. Mais il faut bien avouer que L’Affaire Rachel Singer a été une excellente surprise !

Le scénario est très bien ficelé, on accroche d’entrée, et il nous tient en haleine jusqu’aux dernières minutes. Les allers-retours entre 1966 et 1997 ne sont pas du tout déroutants, et suffisamment bien faits pour que l’on reste « dans » l’action tout au long du film.

Les acteurs sont très bons aussi. A commencer par Jessica Chastain (Rachel Singer de 1966), très attachante, et l’incontournable Helen Mirren (Rachel Singer de 1997). Sam Worthington, l’homme qui n’a pas profité du triomphe d’Avatar (à comparer avec Leonardo diCaprio avec Titanic), tire relativement bien son épingle du jeu (même s’il est quasi mono-expression, ceci expliquant sans doute cela). Marton Csokas (le méchant de xXx) a une nouvelle fois le rôle de gros dur un peu salaud, ce qui lui convient à merveille (même si j’aurais préféré Clive Owen à la place).

L’Affaire Rachel Singer reste une de mes meilleures surprises cinématographique depuis La vie des autres, et ce n’est pas peu dire !

Rating 4.00 out of 5
[?]