Le bruit des glaçons : Critique

Le bruit des glaçonsEn voici un drôle de film pour terminer le mois d’août… Je parle bien sûr de Le bruit des glaçons, de Bertrand Blier, avec Jean Dujardin et Albert Dupontel.

Je dois avouer que je ne savais pas où je mettais les pieds en m’asseyant dans la salle. J’avais simplement été attiré par les deux têtes d’affiche, deux acteurs à la pointe de l’humour en France. Et je m’imaginais donc (quoi de plus normal) voir un film comique distrayant, qui fasse un peu souffler après une journée de boulot intense. Erreur ! Pour décrire ce film, trois G : glacial, gênant, grinçant.

Glacial, par son thème d’abord. La lutte d’un homme – alcoolique – contre son cancer. Evidemment, on fait plus joyeux. Gênant, par sa musique : des mélodies très brutes, martelées au piano le plus souvent. Elles portent l’essentiel du sentiment dramatique. Gênant également par les images. Vous me direz, c’est peut-être de la morale mal placée, mais voir Dujardin barbu, alcoolique, bedonnant, presque vieux, manger la poitrine d’une fille tout juste majeure (Christa Teret - de LOL)… Grinçant enfin, par son humour. Noir évidemment, plus noir que noir d’ailleurs !

Alors oui, on rigole, bien sûr. Dupontel joue son rôle traditionnel, celui du méchant cynique, pervers, mauvais. On est loin du « bête et méchant » made in USA. Dupontel nous fait rire, mais nous fait rire jaune. Et ce n’est absolument pas « de bon coeur » ! On rigole, parce que ça nous soulage, parce que ça libère la tension. Et parce que les dialogues sont ciselés, affutés comme des lames de rasoir. Dujardin quant à lui sort une nouvelle carte de son jeu, et inspire tour à tour la pitié, le mépris, et l’empathie.

La mise en scène est très simple ; on dirait presque du théâtre. Les dialogues sont déclamés, les acteurs font quelques apartés vers le public, et les lieux changent peu.

On regrettera simplement la fin, qui, sans spoiler, est une queue de poisson en bonne et due forme ! Tout le reste du film est tellement travaillé, tellement recherché, qu’elle choque (dans le mauvais sens du terme).

Ai-je aimé ce film ? Difficile à dire ! Au fond de moi, je pense qu’il s’agit d’un très bon film, qui prend le spectateur à contrepied, et propose une vision originale de la lutte contre la maladie. Mais c’était un peu trop de tension pour un vendredi soir !

Rating 3.00 out of 5
[?]