Le Nom des gens : Critique

Le Nom des gensJ’ai eu l’occasion d’assister hier soir à une séance du Nom des gens, dont la sortie nationale est prévue le 24 novembre prochain. J’avoue bien volontiers : il s’agissait d’une séance « blind », je ne connaissais pas le titre du film avant de le voir. Sinon, il est vraisemblable que je n’aurais jamais vu ce film… Et pourtant !

Le thème du film croise plusieurs domaines que j’abhorre (petite pensée pour l’académie française, qui doit être contente de voir ce mot-là encore utilisé !) particulièrement : l’immigration, l’intégration, la déportation, etc. Tous ces sujets qui donnent traditionnellement lieu à des films mièvres et soporifiques.

Dans Le Nom des gens, rien de tout cela ! Le scénario est mené de telle manière que l’on ne s’ennuie pas, on rigole, et les idées sont véhiculées « implicitement » (pas de gros sabots « l’intégration, c’est bien, le racisme, c’est mal »). L’immigration est abordée à travers l’histoire de Bahia Benmahmoud (Sara Forestier), une jeune métisse franco-algérienne qui a décidé de convertir tous les « fachos » (comprendre : gens de droite) en couchant avec eux. La déportation quant à elle est traitée à travers l’histoire d’Arthur Martin (comme les cuisines), un spécialiste des épizooties, jospiniste et coincé, descendant d’une famille juive déportée pendant la guerre. Lorsque les deux héros se croisent, c’est évidemment un spectacle grandiose. Pour ne pas spoiler, je m’arrêterai là concernant l’histoire.

Le film est très frais, porté notamment par Sara Forestier (qui passe la moitié du film nue), et évidemment Jacques Gamblin, que j’avais déjà adoré dans Le Premier jour du reste de ta vie. Impossible de ne pas reconnaître ses proches dans les différents personnages, et de ne pas en ressortir avec le sourire aux lèvres ! Sauf peut-être si on est UMPiste convaincu…

Les messages passent, et, derrière le côté naïf et amusant de l’héroïne, le spectateur est touché par la justesse de ses propos, notamment sur le communautarisme et l’intégration des immigrés. Une bonne manière d’être sensibilisé au problème entre deux éclats de rire !

Je ne sais pas si Le Nom des Gens aura le label UGC (c’était le cadre de la projection d’hier), mais je ne peux que vous encourager à courir le voir !

Rating 4.00 out of 5
[?]