Rebelle : Critique

RebelleComme chaque été depuis maintenant six ans, le meilleur studio d’animation du monde nous propose son film annuel. Je veux bien évidemment parler de Pixar (what else ?), et de sa nouvelle oeuvre Rebelle (Brave, en V.O.). Dans les salles le 1er août.

Rebelle, c’est l’histoire de Mérida, fille du roi d’Ecosse, qui est donc une princesse… rebelle. Loin des clichés de la jeune fille se languissant dans son donjon de son prince charmant, Mérida préfère escalader les falaises ou s’entraîner au tir à l’arc, au grand dam de sa royale maman. Mais sa situation se complique lorsque ses parents décident de la marier. Mérida va alors faire une bêtise qu’il lui faudra réparer au plus vite, sous peine de mettre en danger sa famille et le royaume.

Voir un nouveau Pixar est toujours un moment intense. S’agit-il d’un « simple » bon film d’animation, comme Cars, Monstres et Cie, etc., ou un chef d’oeuvre vite devenu culte (à l’instar de Toy Story, Wall-E) ? Malheureusement, Rebelle s’inscrit plutôt dans la première catégorie. Point de chef d’oeuvre donc, mais un film sympathique pour les enfants. Le niveau est toujours bien meilleur que celui des derniers Disney-tout-court.

Pas de petits animaux qui parlent – c’eeeest miiiignooonn ! – donc, mais un univers très intéressant et extrêmement bien traité, celui de l’Ecosse médiévale. Mark Andrews, le réalisateur, explique ce choix par le fait que l’Ecosse est une région très dense, avec une juxtaposition de paysages très différents, chargés d’histoire. Et l’ambiance générale est très bien rendue. En particulier, la B.O. est excellente, avec des sonorités de grande cornemuse écossaise – et non de simples binious, comme le précise Mark Andrews – très entraînantes.

Mais la grande originalité de Rebelle tient surtout en son héroïne. Certes, ce n’est pas la première fois qu’un film pour enfant met en scène un protagoniste féminin. Tous les grands classiques le faisaient déjà : Blanche Neige, La Belle au bois dormant, Cendrillon, etc. Mais, pour la première fois, la vision de la femme évolue. Il ne s’agit plus d’une grande bécasse qui attend patiemment son prince, pour pouvoir enfin vivre happily ever after, et surtout, avoir plein d’enfants.

Afficher »

Dans Rebelle, Mérida lutte justement contre ces préjugés, et, à la fin, ne se marie pas ! Cela surprend, tant nous sommes habitués aux schémas classiques des scénarios de Disney.

Petite déception néanmoins : le scénario est dans l’ensemble relativement faible. Il manque légèrement de profondeur ; on aurait aimé qu’il y ait une véritable malédiction jetée sur le royaume, de vraies forces dans l’ombre qui se liguent contre lui, bref, un dépassement de l’échelle de la simple famille. En se contentant de traiter la relation mère-fille, Mark Andrews limite le public aux seuls enfants. Dommage !

Note du film :  ★★★¼☆ 

Rating 3.00 out of 5
[?]