allociné Archive

Radiostars : Critique

RadiostarsAprès Good Morning Vietnam, puis Good Morning England, c’est au tour de Romain Lévy de sortir son « Good Morning France » : Radiostars, avec Manu Payet et Clovis Cornillac. Dans les salles le 11 avril.

Blast.Fm est la première radio de France, grâce à son « morning » incontournable : le Breakfast-club. A tel point que ses animateurs, Arnold, Alex et Cyril, peuvent tout se permettre à l’antenne. Jusqu’au jour où, évidemment, ils perdent leur place de leader. Ils sont alors envoyés en tournée dans toute la France, accompagnés par Ben, un comique qui ne parvient pas à percer, et qui est embauché comme nouvel auteur de l’émission.

« Vous savez que vous allez voir une comédie française, donc vous vous attendez à voir une grosse daube ! », déclare le réalisateur du film, Romain Lévy, avant la séance. Pour être plus exact, nous savons tous que les comédies françaises sont quitte ou double : soit elles sont effectivement drôles, et on passe un très bon moment (Le dîner de cons, Bienvenue chez les Ch’tis, Intouchables…), soit au contraire on ne sourit pas (si ce n’est jaune) pendant 90 minutes (et là, les exemples sont trop nombreux pour que je puisse les citer). Que vaut alors Radiostars ?

Sans être au niveau des trois films que j’ai cités, Radiostars tire son épingle du jeu. Le scénario est amusant, bien que peu crédible. Les ficelles liant le film de bande et le road movie à l’univers de la radio sont un peu trop grosses. Las ! On se laisse volontiers entraîner sur les routes de France, pour une raison toute simple : les acteurs. Hormis Douglas Attal (qui interprète Ben, censé être le personnage principal du film), le casting est excellent. Le duo Manu Payet / Clovis Cornillac fonctionne à merveille. Le premier réussi à éviter d’en faire trop, ce qui a pu être son défaut dans ses précédents films, et interprète un Alex très touchant. Le second endosse le rôle de vieux baroudeur qui lui va comme un gant. Il l’interprète avec classe, ce qui n’est pas forcément évident pour un personnage qui est censé être relativement passé de mode. Les deux révélations du film sont Benjamin Lavern et Pascal Demolon, qui dans la peau de deux personnages complètement barré mais irrésistibles.

Qui dit film sur la radio dit Bande Originale recherchée. J’ai été assez déçu par celle de Radiostars… Certes, elle n’est pas vraiment mauvaise, mais comparée à celle de Good Morning England ou même plus récemment Drive et Café de Flore, elle n’a rien d’exceptionnel.

Quoiqu’il en soit, Radiostars dégage une atmosphère très conviviale, et une énergie communicative, conformes à l’esprit « bande de potes » qui semble animer l’équipe du film. Ce que nous confirment les acteurs, qui sont venus débattre avec le club 300 d’Allociné après la séance. On en retiendra que le film n’est pas censé être un biopic de Manu Payet (ce dont on doute néanmoins !), que Romain Lévy n’avait pas vu Good Morning England avant de réaliser le film (ce qui est étonnant, vu à quel point les personnages de Clovis Cornillac et surtout Pascal Demolon ressemblent à ceux de son prédécesseur), et que Romain Lévy n’aime pas Franck Dubosc.

Il paraît que le budget pub du film est très limité (il paraît), donc je vous le dis sans détour : Radiostars est un film qui vaut les 10€ de la place de cinéma !

Note du film :  ★★★★☆ 

Rating 3.00 out of 5
[?]

[MAJ Résultats] Concours : Gagnez le coffret DVD de la série Sherlock !

Coffret DVD Sherlock

[Mise à jour] Je remercie tout d’abord tous les participants au concours ; signe du succès de la série, vous avez été plus nombreux que pour mon précédent concours à participer ! Malheureusement, il n’y peut y avoir qu’un seul gagnant, et en l’occurrence une seule gagnante : le tirage au sort a désigné Véronique Coulet, qui recevra donc bientôt le coffret ! Félicitations, et à bientôt pour un nouveau concours, avec Allociné évidemment !


Sherlock, la série événement mettant en scène le personnage de Conan Doyle dans l’univers du XXIème siècle, débarque pour sa deuxième saison sur France 4 à la fin du mois.

Pour l’occasion, j’ai le plaisir de vous offrir le coffret DVD de la saison 1, grâce à Allociné et son club 300. De quoi rattraper votre retard avant de regarder la nouvelle saison de la série, le mercredi 21 mars sur France 4 !

Comment participer ?

Il suffit de m’envoyer un mail (werka – at – ceducine – point – com), ou bien de laisser un commentaire à cet article en précisant votre nom, votre prénom et votre adresse.

Comment est désigné le vainqueur ?

Le vainqueur sera tiré au sort parmi les participants, qui m’auront envoyé leurs coordonnées avant le dimanche 11 mars à minuit.

Mais au fait, Sherlock, c’est quoi ?

Pour ceux qui ne connaîtraient pas la série, vous trouverez tous les détails sur la page Allociné de Sherlock. Je ferai également prochainement une critique de la saison 2, que j’ai l’honneur d’avoir pu voir en avant-première en présence du scénariste Steven Moffat.

Rating 3.00 out of 5
[?]

Martha Marcy May Marlene : Critique

Martha Marcy May MarleneDes soeurs Olsen, elle est la moins connue. Elizabeth (Olsen, donc) a choisi de suivre un chemin aux antipodes de ses deux soeurs (les jumelles Mary-Kate et Ashley). Alors que les premières enchaîn(ai)ent les performances lobotomisantes, leur benjamine est à l’affiche de Martha Marcy May Marlene, un thriller psychologique.

Le film aux quatre M retrace l’histoire de Martha, une jeune femme qui s’échappe d’une communauté aux forts accents sectaires, pour retourner dans sa famille (qui se résume à sa soeur et son beau-frère). Son retour à la réalité sera semé d’embûches : son expérience l’a profondément choquée, la plongeant dans une incessante paranoïa, et l’amène à placer des barrières entre elle et ceux qui cherchent à l’aider.

Tout comme Shame, le mérite principal de Martha Marcy May Marlene est de nous faire ressentir et comprendre l’état d’esprit d’une personne souffrant d’un trouble psychologique que le spectateur moyen a la chance de ne pas connaître. Si dans le premier, nous pénétrions dans la tête d’un addict sexuel, nous découvrons ici l’emprise que peut avoir un leader charismatique de secte sur une âme plus faible.

Sans bon sentiment, apitoiement ou fausse pudeur, le réalisateur nous montre le cheminement de Martha : comment l’ambiance de la communauté la met à l’aise et la rassure, comment elle est amenée à accepter une soumission totale au leader, comment elle se retrouve petit à petit piégée, et amenée à piéger à son tour d’autres nouvelles recrues. Jusqu’à sa fuite.

Malheureusement, le film s’arrête là. Le spectateur a l’impression d’assister à la projection d’un reportage ou documentaire. On est bien loin d’un véritable thriller psychologique. La plus grosse déception vient en particulier de Patrick, le leader de la secte, qu’on nous annonçait sombre et terrifiant. Au final, nous ne savons même pas s’il est vraiment conscient de manipuler les autres, ou s’il est juste un peu simplet (et très dangereux !).

Côté acteur, je ne reviendrai donc que sur Elizabeth Olsen, puisqu’elle est quasiment personnage unique du film (vu la transparence des autres). L’actrice principale réussit parfaitement à faire oublier son patronyme encombrant. Certes, elle en garde par moment un côté tête-à-claque, mais c’est le personnage plus que l’actrice qui donne ce sentiment. Elizabeth est au final très rafraîchissante (ce qui allège d’ailleurs peut-être l’atmosphère du film), et ce d’autant plus qu’elle n’est pas une bimbo au corps de rêve comme on a l’habitude d’en voir à chaque coin d’écran de cinéma. Le fait de ne pas avoir une femme d’une beauté exceptionnelle en face de soi humanise l’histoire, et la rend à la fois plus réaliste et (donc) marquante.

En conclusion, Martha Marcy May Marlene est un bon documentaire, qui a l’avantage de faire pénétrer le spectateur dans la tête d’une victime de secte. Mais cela reste un peu juste pour en faire un bon film ; gageons qu’Elizabeth Olsen fera mieux à l’avenir.

Merci à Allociné et au club 300 pour cette avant-première !

Note du film :  ★★½☆☆ 

Rating 3.00 out of 5
[?]

La Taupe : Critique

La TaupeLes occasions sont rares de voir Gary Oldman occuper un premier rôle. Harry Potter (Sirius Black), Batman Begins et suites (James Gordon), ou encore Le Cinquième Élément (Zorg), autant de rôles marquants mais secondaires. C’est chose faite avec La Taupe, de Tomas Alfredson, qui sortira le 8 février en France.

Gary Oldman y incarne George Smiley, espion du MI6 et bras droit de son directeur, mis en retraite forcée lors du « remerciement » de celui-ci. Il n’y restera toutefois pas longtemps ; il se voit assigner la tâche officieuse de démasquer une taupe soviétique au sein du service.

Dès les premières images, cette adaptation du roman de John Le Carré affiche sa volonté de se démarquer des films d’espionnages traditionnels. Il n’y aura que très peu d’action, et encore moins de héros invincibles qui se sortent de toutes les situations possibles et imaginables. La Taupe est avant tout un film psychologique, sans doute beaucoup plus proche de la réalité qu’un James Bond ou Mission Impossible.

Dès lors, une question se pose : comment peut-on rendre ce genre de films captivants ? Hélas, Tomas Alfredson ne possède pas la réponse. Le film est ennuyeux à mourir. Plus que le manque d’action, c’est le manque de dialogues qui plombe le résultat. A aucun moment on n’entre véritablement dans l’histoire, et on passe cent vingt-sept minutes à regarder sa montre. Deux heures sept minutes interminables ; même bien traité, le sujet mériterait trente minutes de moins.

Comme si cela ne suffisait pas, Tomas Alfredson joue aussi à un jeu très risqué, l’utilisation massive des flashbacks et ellipses. A ce jeu-là, c’est quitte ou double : soit on obtient un petit joyau (cf. L’Affaire Rachel Singer), soit on perd complètement le spectateur. C’est malheureusement le cas dans La Taupe. En témoignent les commentaires des spectateurs à la sortie de la salle…

Et Gary Oldman, dans tout ça ? Sa prestation est très bonne, mais son rôle ne semble pas particulièrement compliqué à jouer. Pas suffisamment en tout cas pour mériter sa nomination aux Oscars ; cela étant, il ne devrait pas faire trop d’ombre à Jean Dujardin, c’est déjà ça de pris ! On est à cent lieues du personnage inoubliable qu’il jouait dans le Cinquième Élément…

Le casting laisse un goût amer de gâchis : il aurait mérité un film bien meilleur. Jugez plutôt : aux côtés de l’acteur principal, rien de moins que Colin Firth (Le discours d’un roi), Tom Hardy (Inception), Mark Strong (Sherlock Holmes), Benedict Cumberbatch (Sherlock), Ciaran Hinds (L’Affaire Rachel Singer), Stephen Graham (Snatch)… Beaucoup de talents pour un résultat bien décevant.

Note du film :  ¾☆☆☆☆ 

Rating 3.00 out of 5
[?]

Detachment : Critique

DetachmentAllociné organisait début janvier une projection privée de Detachment pour le club 300. Le film sortira le 1er février prochain dans les salles.

Synopsis : Henry Barthes, professeur remplaçant talentueux, débarque dans un lycée difficile pour trois semaines. Il va être confronté à l’instabilité de ses élèves, aux difficultés des professeurs, et à la fragilité d’une adolescente orpheline. Tout cela va lui permettre de se « détacher » de ses problèmes personnels, et de s’oublier en apportant son aide aux autres. A moins que ça ne soit le contraire…

Reprise des projections privées d’Allociné en janvier, avec le nouveau film de Tony Kaye (American History X), starring Adrien Brody (Le pianiste). En attendant le début du film, nous avons tous parcouru le dossier de presse reçu pour l’occasion, comprenant notamment l’interview du réalisateur :

« Pour moi, DETACHMENT est l’histoire d’un homme qui est perdu et qui souffre, qui essaie de fuir les vrais problèmes de son existence en se perdant dans la moralité des voix dans sa tête, des vraies, des voix de Dieu et des voix du diable. Il fuit constamment la vérité. Il est sous un immense rideau noir qu’il ne voit pas. Ce rideau est son ego. » – Tony Kaye, réalisateur.

Que dire… Soit je n’ai pas compris le film, soit c’est complètement raté. Pas le film, qui est assez émouvant et se laisse regarder avec plaisir jusqu’au générique de fin. Mais on passe totalement à côté de l’effet mentionné par Tony Kaye.

Au contraire, on retrouve un personnage principal qui n’a pas d’ego, en tout cas pas d’ego déplacé, qui ne se perd pas tant que ça, et qui ne fuit pas la vérité. Au contraire, il en a conscience du début à la fin, et reste très lucide face au monde réel ; que ce soit dans sa relation avec la jeune prostituée, qu’il va essayer d’aider et de faire redescendre sur terre (on pourrait presque dire « remonter »), ou dans celle avec ses élèves. Alors que de nombreux professeurs jetteraient l’éponge face à l’agressivité de ces derniers, il arrive à les prendre en main calmement, de manière très pragmatique.

Pour en revenir au film en lui-même, il est assez captivant une fois qu’on a réussi à rentrer dedans (ce qui prend environ 5 minutes) ; on ressent beaucoup de choses, grâce à un crescendo émotionnel tout au long de l’histoire. Malheureusement, alors qu’on s’attend à un grand final, digne justement de ce crescendo, la fin fait pschitt. Immense déception ! L’arrivée du générique de fin réussit à elle seule à gâcher le reste du film. De quasi chef-d’œuvre, on passe à un film sans grand intérêt.

C’est d’autant plus dommage qu’Adrien Brody est remarquable, et continue de nous prouver son talent (après sa performance magistrale dans Le Pianiste, et celle suprenante de Minuit à Paris). Et qu’il est secondé par de nombreux acteurs intéressants, au premier rang desquels Sami Gayle (dont c’était le 16ème anniversaire dimanche 22 janvier).

Note du film :  ★★☆☆☆ 

Vous trouverez ci-dessous la bande annonce disponible sur Allociné :

Rating 3.00 out of 5
[?]

Les Beaux Mecs : Critique

Les Beaux MecsFrance 2 lancera le 16 mars prochain une nouvelle « série » : Les Beaux Mecs. Grâce à Allociné, j’ai pu la découvrir la semaine dernière, avec quelques autres privilégiés, et discuter avec l’équipe… Review !

Les Beaux Mecs racontent l’histoire d’un gangster « à l’ancienne », Tony le Dingue, qui s’évade de prison pour régler ses comptes avec ses anciens « amis ». Son compagnon d’évadé, Kenz, est un petit caïd des cités. Obligés à se battre ensemble une fois à l’extérieur, ils vont petit à petit tisser des liens qui vont les mener l’un et l’autre vers la conclusion (provisoire ?) de leurs histoires.

Si je n’écris ma critique que maintenant, une semaine après avoir vu les deux premiers épisodes, c’est parce que je voulais prendre le temps de voir l’ensemble du feuilleton pour me faire une idée. Mon impression, qui était excellente de prime abord, est plus mitigée désormais.

La série a de très bons côtés. Pour tout dire, on oublie un peu que c’est une production française ; le rythme, l’histoire, la mise en scène, tout s’éloigne de la traditionnelle série française, linéaire, lente, avec ses inévitables « héros positifs ». Ici, on raconte l’histoire de méchants. Et quand je dis « méchant », je parle du vrai truand, celui qui s’acharne sur un homme à moitié mort et sans défense, celui qui vide son chargeur dans ses ennemis. La narration elle aussi est originale : on nous transporte sans crier gare d’une époque à l’autre, dans l’esprit de Lost. Peu habituel pour une production française !

Au départ, le scénario a été commandé par France Télévision avec comme cahier des charges « Racontez 50 ans d’histoire du grand banditisme », nous a expliqué Virginie Brac, la scénariste. A partir de là, elle a été totalement libre de développer son histoire comme elle l’entendait. « Une liberté qu’on n’a plus en France », regrette-t-elle. « Les chaînes ne veulent bien souvent que du déjà-vu remodelé. Là, pour Les Beaux Mecs, nous avons eu une liberté totale. Quelle prise de risque pour France Télévision ! ». Et en effet, les flashbacks sont quelque peu désarçonnant pour les spectateurs. Mais, à part en quelques occasions, on arrive à suivre sans trop de difficultés.

L'équipe des Beaux MecsCe qui fait la réelle force de cette série, c’est avant tout ses acteurs. Simon Abkarian d’abord, dans le rôle de Tony Le Dingue. Si son nom ne vous dit rien, sa tête vous rappellera des souvenirs. Casino Royale notamment, ou encore un certain nombre de Klapisch. Simon Abkarian, c’est avant tout une gueule. Une gueule de truand ; on ne s’étonne pas de le retrouver ici, en gangster fatigué par les épreuves de la vie, dont la prison semble être la moins difficile de toutes. Soufiane Guerrab ensuite, dans le rôle de la caillera de service. C’est une découverte, et une bonne ; Soufiane apporte un vent de légèreté sur l’histoire grave et triste de Tony. Mhamed Arezki est très bon également, incarnant Tony jeune : il incarne à merveille Antoine Roucas, cet adolescent naïf et presque innocent, qui va petit à petit devenir le sanguinaire Tony le Dingue. Et que dire des rôles féminins ? Victoria Abril et Anne Consigny d’abord, mais également Fejria Deliba, permettent aux Beaux Mecs d’éviter l’écueil habituel du film de gangster : de la testostérone, beaucoup, partout, et au final trop. Car contrairement à ce que laisse penser le titre, cette série tourne avant tout autour des femmes. Ce sont elles qui tiennent les personnages principaux, et qui vont les pousser à devenir ce qu’ils sont.

« Je ne vous demande qu’une chose », nous a dit Virginie Brac. « Ne racontez pas la fin ». Ce n’est pas dans mon habitude, donc deux raisons de ne pas le faire, mais entre son teasing et celui du réalisateur, Gilles Bannier, qui indiquait que « le rythme et le suspens allait crescendo au fur et à mesure de l’avancement de la série », on s’attendait à une fin exceptionnelle. Malheureusement, la fin est courue d’avance ; on la devine dès le troisième épisode. C’est l’un des points faibles de la série. Si l’histoire de Tony en elle-même est intéressante, et très bien traitée, le dénouement devrait être d’un meilleur niveau, plus recherché. Là, on reste un peu sur sa faim.

Autre point négatif selon moi, la manière de filmer, caméra à l’épaule. C’est la marque de fabrique assumée de Gilles Bannier. Il nous expliquait pourquoi : « cela permet aux acteurs de se concentrer sur leur rôle, et de ne pas devoir se cantonner au champ de la caméra. C’est la prise de vue qui s’adapte au jeu de l’acteur, et non l’inverse ». Alors ok, ça aide peut-être les acteurs à s’exprimer, à être complètement libres. Mais pour le spectateur, je trouve que cela rend le tout un peu brouillon, et donne un côté amateur dont je ne suis pas spécialement fan.

Dernier point négatif, peut-être mon principal reproche… Vous voyez de quoi je parle ? Du titre évidemment ! Alors certes, « les beaux mecs », c’est le nom que se donnent les truands « du milieu ». Certes, l’expression est encore utilisée à l’heure actuelle chez les flics. Mais pour le grand public, ça a une connotation vraiment has been. Le titre peut à mon avis dissuader une partie des spectateurs… Et ce serait dommage, parce que cette série sort vraiment du lot habituel français, et mérite qu’on s’y attarde.

A vos postes de télé donc : rendez-vous le 16 mars 2011 sur France 2 !

Rating 4.00 out of 5
[?]

[Concours] Deux invitations à une projection privée de Paul

Paul

[Mise à jour du 14/02] Félicitations à Nathalie et Grégory JACQUERIE qui remportent les deux invitations pour la projection privée ! Merci à tous pour votre participation !

Le premier concours que j’ai organisé il y a quelques semaines ayant rencontré un joli succès, je retente l’expérience !

C’est toujours grâce au Club 300 d’Allociné, et il y a cette fois à  gagner :

Deux invitations pour la projection privée
en avant-première de Paul
Mardi 15 février à 19h30
Dans une salle tenue secrète à Paris

Pour participer, la procédure est la même que la dernière fois :

- Vous m’envoyez un mail à werka – arobase – ceducine.com avant dimanche 13/02 à 23h59
- Dedans vous mettez les noms, prénoms et mails des deux personnes qui assisteront à cette fabuleuse séance
- Je procèderai le 14 février à un tirage au sort entre les participants pour désigner les heureux gagnants
- Et le mardi 15 février à 19h30, les deux gagnant(e)s assisteront à la projection privée, en avant-première, de Paul, dans une salle parisienne que je vous communiquerai

Afin d’éviter toute méprise, je ne parle évidemment pas ici de Paul dans sa vie (meuuh), mais bien de Paul, le film de Greg Mottola qui sortira en salle le 02 mars 2011. L’histoire de deux geeks parcourant les Etats-Unis, et qui découvrent un alien (Paul, donc) dans la zone 51. Pour plus de détail, rendez-vous sur Allociné !

Rating 3.00 out of 5
[?]

Le Discours d’un Roi : Critique

Le Discours d'un RoiJe l’annonçai précédemment : hier soir a eu lieu la projection privée du Discours d’un Roi (The King’s Speech) pour le Club 300 d’Allociné. L’attente était énorme : il ne s’agissait ni plus ni moins du favori des prochains Oscars ! Alors ?

Pour ceux qui ont réussi à passer entre les gouttes d’un battage médiatique intense, The King’s Speech est l’histoire de l’accession au trône de George VI, juste avant la seconde guerre mondiale. Loin des intrigues de la Cour qu’on a l’habitude de voir, l’avènement de « Bertie » est abordé à travers un trouble du futur roi d’Angleterre : le bégaiement.

Sans surprise, la première chose qui saute aux yeux est la performance – royale – de Colin Firth. Primé récemment aux Golden Globes, il faut avouer que l’ancien second rôle du Journal de Bridget Jones est tout simplement magistral. La tâche était pourtant ardue : comment incarner un roi, avec la stature et le charisme inhérents à la fonction, tout en étant incapable de prononcer une phrase sans buter ? Il faut le voir pour le croire ! Sa prestation ferait presque oublier celle de Geoffrey Rush, qui incarne Lionel Logue, l’orthophoniste de Son Altesse Royale. Son nom ne vous dit peut-être rien, mais vous l’avez pourtant vu dans Shine, Shakespeare in Love, Le Tailleur de Panama, ou encore évidemment dans les Pirates des Caraïbes (mais siii, le capitaine Barbossa !). Il mérite largement sa nomination à l’Oscar du meilleur second rôle. Ajoutez à cela une touche de Helena Bonham Carter (l’actrice fétiche de Tim Burton), et vous obtenez un casting de tout premier choix !

Le Discours d'un RoiLe scénario du film en lui-même est d’autant plus intéressant qu’il s’agit d’une histoire vraie. Je connaissais personnellement peu l’histoire du Royaume-Uni de l’entre-deux guerres (à l’école on se contente souvent de celle de la France, l’Allemagne et un peu de Russie), mais l’histoire d’Edouard, qui abdique pour pouvoir épouser la femme de sa vie, semble assez irréelle. Tout comme les rapports du Roi au gouvernement, l’accession au pouvoir de Churchill, etc. Résultat : non seulement The King’s Speech nous fait passer un bon moment, mais en plus il nous instruit ! Que demander de plus ?

Seul bémol que j’ai regretté : je n’ai pas tellement accroché à la mise en scène. D’un côté, parce que Tom Hooper représente les années 30 comme d’habitude au cinéma : des images froides, comme s’il avait voulu s’excuser de ne pas tourner en noir et blanc… Je trouve personnellement qu’on gagnerait en réalisme à montrer le passé avec de « vraies » couleurs, sans faire semblant d’avoir exhumé un document d’archives. De l’autre, j’ai également eu le sentiment que le réalisateur essaie trop de faire passer des sentiments à travers la disposition des plans, les cadrages, etc. La réussite du metteur en scène serait de ne pas faire remarquer ces tentatives. Mais ici Tom Hooper insiste trop ; je prends l’exemple de tous ces plans cadrés trop vers le haut (désolé, je ne connais pas le terme technique !), pour nous montrer que le futur Roi est écrasé par le poids de sa charge.
Les goûts et les couleurs, me direz-vous. Certes. J’en conviens, certaines particularités de la mise en scène ont joué leur rôle, notamment la manière de filmer les dialogues, alternant un personnage filmé à la gauche de l’image, puis à droite. Comme je n’ai pas assez de vocabulaire spécialisé pour vous décrire tout ça, voilà deux plans qui illustrent ce que je veux dire :

Geoffrey Rush

"Blabla", dit Logue, à gauche de l'image

Colin Firth

"Blibli", lui répond Bertie, à droite de l'image.

Trop de détail tue le détail, alors j’arrête là ! Parce qu’au final, ce qui compte, c’est quand même que le réalisateur arrive à faire passer l’effet escompter : l’avènement du roi n’a pas lieu lors du couronnement, mais bien lors du discours final, annonçant la seconde guerre mondiale. Un homme entre dans le studio, un Monarque en ressort.

Rating 4.33 out of 5
[?]

[Concours] Gagnez 2 places pour Le Discours d’un roi

Le Discours d'un roi

[Mise à jour du 25/01] Félicitations à Carole LE BEC et Frederic ROUSSET qui remportent les deux invitations pour la projection privée ! Merci à tous pour votre participation !

Oyez, oyez ! Une fois n’est pas coutume, j’ai décidé d’organiser un concours sur Céduciné.com… Et pour ce premier concours, je vous propose de gagner deux places pour une projection privée, avant-première et tout, du Discours d’un roi (The King’s Speech) ! Excusez du peu !

L’avantage, c’est que comme vous n’êtes pas des milliers à lire ce blog, les chances de gagner sont élevées héhé.

Pour participer, c’est très simple :

- Vous m’envoyez un mail à werka – arobase – ceducine.com avant dimanche 23/01 à 23h59

- Dedans vous mettez les noms, prénoms et mails des deux personnes qui assisteront à cette fabuleuse séance

- Je procèderai le 24 janvier à un tirage au sort entre les participants pour désigner les heureux gagnants

- Et le mercredi 26 janvier à 19h30, les deux gagnant(e)s assisteront à la projection privée, en avant-première, du Discours d’un roi, dans une salle parisienne que je vous communiquerai

Simple non ?

Pour ceux qui ne connaîtraient pas le film, Allociné en parle très bien (d’ailleurs ça tombe bien, c’est grâce à eux ce concours !). J’en ferai la critique une fois que je l’aurai vu, mais d’ici là sachez tout de même que Colin Firth a eu le Golden Globe du meilleur acteur dramatique pour ce film (pour la liste des récompenses exhaustives, c’est ici).

Rating 3.00 out of 5
[?]

En bref : Le Club 300 Allociné

Club 300 AllocinéComme mon emploi du temps est plutôt chargé en ce moment, et que je n’ai donc pas trop d’occasions de me rendre au cinéma, j’en profite pour poster une brève perso : je fais depuis hier partie du Club 300 Allociné !

Le Club 300 Allociné, c’est une communauté de visiteurs Allociné et bloggeurs externes, repérés par l’équipe du site, qui servent de pilotes (au sens expérience, pas au sens F1 !).  Avant-premières, nouvelles fonctionnalités du site, l’idée est d’obtenir un feedback rapide d’utilisateurs « spéciaux ».

Concrètement, cela signifie que je devrais bientôt pouvoir poster plus d’articles concernant des AP qu’avant ! A suivre donc !

P.S. : pour ceux qui se posent la question, je dois être le 447è membre du club. Donc non il n’y en pas pas que 300 ;)

Rating 3.00 out of 5
[?]