drive Archive

Mes non-Césars 2012

37ème nuit des CésarsEn pleine période des grandes récompenses, tout le monde est à l’affût des pronostics des milieux autorisés. Etant donné que, comme l’avait deviné Coluche, je ne suis pas dedans (et vous non plus d’ailleurs), je ne vous donnerai pas les miens. En revanche, après l’annonce des nominations pour les Césars, je vous propose ma liste de non-Césars : les nominés à qui je ne remettrais certainement pas le prix.

  • Meilleur espoir masculin :

Le César du Meilleur espoir masculin ne doit pas aller à … Pierre Niney, dans J’aime regarder les filles ! Le film est mauvais et chargé de cliché, et son acteur principal n’arrive à aucun moment à relever le niveau.

  • Meilleur scénario original :

Le César du Meilleur scénario original ne doit pas aller à … Eric Toledano et Olivier Nakache pour Intouchables ! Le film est certes amusant, surtout grâce aux dialogues et aux acteurs, mais le scénario est bateau et mielleux.

  • Meilleure adaptation :

Le César de la Meilleure adaptation ne doit pas être attribué à … Mathieu Kassovitz, Pierre Geller et Benoît Jaubert, pour L’ordre et la morale ! Parce que « J’encule le cinéma français« . C’est assez clair ? ;-)

  • Meilleur réalisateur :

Le César du Meilleur réalisateur ne doit pas être attribué à … Maïwenn, pour Polisse ! Tout simplement parce que les réalisateurs de The Artist (Michel Hazanavicius) et d’Intouchables (Eric Toledano et Olivier Nakache) le méritent plus…

  • Meilleure actrice :

Le César de la Meilleure actrice ne doit pas aller à … Leïla Bekhti dans La source des femmes ! Ce sont mes non-Césars, donc j’ai le droit à un choix arbitraire. Et Leïla Bekhti, je ne l’aime pas. Voilà.

  • Meilleur acteur :

Le César du Meilleur acteur ne doit pas aller à … Omar Sy dans Intouchables ! Ce n’est pas parce qu’il est la deuxième personnalité préférée des Français qu’il doit recevoir cette distinction, d’autant qu’il est confronté à deux auteurs de grosse performance : François Cluzet et évidemment mon favori Jean Dujardin.

  • Meilleur acteur dans un second rôle :

Le César du Meilleur acteur dans un second rôle ne doit pas être attribué à … Bernard Le Coq dans La conquête ! Jouer un rôle ne veut pas dire singer, il faut aussi y mettre un peu de cœur et ne pas se contenter de débiter son texte en se concentrant sur la posture uniquement.

  • Meilleur film étranger :

Le César du Meilleur film étranger ne doit pas être attribué à … Drive, réalisé par Nicolas Winding Refn ! Toutes les raisons sont mentionnées dans ma critique du film.

Vous remarquerez que certaines récompenses manquent. J’assume parfaitement : pour certaines catégories, je ne peux disqualifier personne a priori. Rendez-vous le 24 février 2012 pour en savoir plus !

Rating 3.00 out of 5
[?]

Drive : Critique

DriveRyan Gosling est décidément sous le feu des projecteurs ces temps-ci… Après Les Marches Du Pouvoir, le voici à l’affiche de Drive, prix de la mise en scène à Cannes cette année.

Drive retrace l’histoire d’un mécanicien qui… conduit. Souvent pour des malfaiteurs, parfois pour le cinéma. A tendance misanthropique, il tombe néanmoins sous le charme de sa voisine, dont le mari est en prison. Lorsque ce dernier revient, « Driver » (nous l’appellerons ainsi pour plus de commodités, le personnage n’ayant pas de nom) décide de lui rendre service dans ce qui se révèle être un guet-apens de la mafia locale. L’enjeu devient alors de sauver sa peau, mais aussi celle de sa voisine évidemment.

Afin de ne pas reproduire les mêmes erreurs que fait le film, je vais tenter d’être court et pas ennuyeux : Drive est nul. Oui je sais, on ne dit pas « c’est nul », mais « je n’aime pas ». Non mais là tant pis. Certes la mise en scène est parfois sympa et originale. Mais le reste…

Tout d’abord, le plus flagrant. « Un budget assez modeste », souligne Wikipédia. C’est la crise, alors il a fallu faire des coupes à droite à gauche, et en premier lieu dans les dialogues. Drive n’a pas de dialogues. Non pas au sens figuré « les dialogues de Drive sont mauvais », mais bien au sens propre : il y a environ une phrase toutes les dix minutes. Comme si le réalisateur avait lu « taciturne » dans la description du personnage principal, et nous le faisait comprendre avec de gros, d’énormes sabots. Résultats, dès les premières images du film, on décroche. Et le générique, quelle horreur !

« Ils ont voulu faire rétro ». Là on est dans le kitsch pendant plus de 100 minutes. La différence entre kitsch et rétro vient sans doute de la musique ; je ne doute pas que la BO soit très bonne, très agréable à écouter en MP3. Mais elle est tellement mal utilisée ! Complètement inadaptée aux scènes, si bien que, même si on réussissait à certains moments à rentrer dans le film, elle nous en extrairait régulièrement. Quel gâchis !

Quel gâchis, parce que les acteurs ne sont pas forcément mauvais. A commencer par Ryan Gosling, qui fait très bien le… taciturne (j’imagine que ça doit être difficile de ne pas parler pendant tout un tournage !). Et évidemment Carey Mulligan (Wallstreet2, Don’t Let Me Go), que j’adore, et qui met un peu de fraîcheur sur le tout. Sans oublier l’inévitable Bryan Cranston (Breaking Bad), qui est à l’affiche de neuf films en 2011 et 2012, tout en continuant le tournage de la série… Oscar Isaac (Agora, Sucker Punch) quant à lui retombe dans son travers de faire du sous-Joaquin Phoenix mais n’apparaît pas longtemps.

Je m’arrête là, vous aurez compris le principe : Drive, film noir peut-être, film nul sûrement.

Rating 4.00 out of 5
[?]