Mark Strong Archive

La Taupe : Critique

La TaupeLes occasions sont rares de voir Gary Oldman occuper un premier rôle. Harry Potter (Sirius Black), Batman Begins et suites (James Gordon), ou encore Le Cinquième Élément (Zorg), autant de rôles marquants mais secondaires. C’est chose faite avec La Taupe, de Tomas Alfredson, qui sortira le 8 février en France.

Gary Oldman y incarne George Smiley, espion du MI6 et bras droit de son directeur, mis en retraite forcée lors du « remerciement » de celui-ci. Il n’y restera toutefois pas longtemps ; il se voit assigner la tâche officieuse de démasquer une taupe soviétique au sein du service.

Dès les premières images, cette adaptation du roman de John Le Carré affiche sa volonté de se démarquer des films d’espionnages traditionnels. Il n’y aura que très peu d’action, et encore moins de héros invincibles qui se sortent de toutes les situations possibles et imaginables. La Taupe est avant tout un film psychologique, sans doute beaucoup plus proche de la réalité qu’un James Bond ou Mission Impossible.

Dès lors, une question se pose : comment peut-on rendre ce genre de films captivants ? Hélas, Tomas Alfredson ne possède pas la réponse. Le film est ennuyeux à mourir. Plus que le manque d’action, c’est le manque de dialogues qui plombe le résultat. A aucun moment on n’entre véritablement dans l’histoire, et on passe cent vingt-sept minutes à regarder sa montre. Deux heures sept minutes interminables ; même bien traité, le sujet mériterait trente minutes de moins.

Comme si cela ne suffisait pas, Tomas Alfredson joue aussi à un jeu très risqué, l’utilisation massive des flashbacks et ellipses. A ce jeu-là, c’est quitte ou double : soit on obtient un petit joyau (cf. L’Affaire Rachel Singer), soit on perd complètement le spectateur. C’est malheureusement le cas dans La Taupe. En témoignent les commentaires des spectateurs à la sortie de la salle…

Et Gary Oldman, dans tout ça ? Sa prestation est très bonne, mais son rôle ne semble pas particulièrement compliqué à jouer. Pas suffisamment en tout cas pour mériter sa nomination aux Oscars ; cela étant, il ne devrait pas faire trop d’ombre à Jean Dujardin, c’est déjà ça de pris ! On est à cent lieues du personnage inoubliable qu’il jouait dans le Cinquième Élément…

Le casting laisse un goût amer de gâchis : il aurait mérité un film bien meilleur. Jugez plutôt : aux côtés de l’acteur principal, rien de moins que Colin Firth (Le discours d’un roi), Tom Hardy (Inception), Mark Strong (Sherlock Holmes), Benedict Cumberbatch (Sherlock), Ciaran Hinds (L’Affaire Rachel Singer), Stephen Graham (Snatch)… Beaucoup de talents pour un résultat bien décevant.

Note du film :  ¾☆☆☆☆ 

Rating 3.00 out of 5
[?]

The Green Hornet : Critique

The Green HornetPremière grosse sortie de l’année : l’adaptation de la série Le Frelon Vert au cinéma, dans The Green Hornet.

L’histoire est classique : c’est celle du fils d’un magnat de la presse, qui évidemment n’a pas de mère, et qui se sent (à juste titre) rejeté par son père. Jusqu’au jour où celui-ci décède « accidentellement »… Britt (le garçon, qui n’est plus un enfant) décide alors de devenir un super-héros pour combattre le crime, aidé par son fidèle acolyte Kato, un asiatique doué de ses mains (autant au combat qu’en bricolage).

Derrière la caméra : Michel Gondry, le plus américain des réalisateurs français (Eternal Sunshine of the Spotless Mind, Be Kind Rewind, …). Devant : Seth Rogen en Britt Reid (40 ans toujours puceau, En cloque, mode d’emploi), Jay Chou en Kato, Cameron Diaz en Lenore Case, et Christoph Waltz en Chudnofsky (Inglourious Basterds). Avec de tels ingrédients, inutile de dire qu’il s’agit-là du premier blockbuster de l’année. Mais mérite-t-il ses 120 millions de dollars de budget ?

  • Oui, parce qu’il est l’un des rares films du genre à allier super-action et comédie. On ne peut pas dire que The Dark Knight, Superman Returns ou Spiderman soient des films tordants… The Green Hornet l’est ; ses héros maladroits et un peu simplets sont confrontés à des situations qu’ils ont bien du mal à gérer (surtout Britt, évidemment). Bien sûr, l’humour ne vole pas très haut… Mais on ne sombre pas dans la parodie involontaire.
  • Oui, parce qu’une autre originalité du scénario est de mettre en scène un super-héros « méchant » : pour ne pas se retrouver confronter à des dilemmes du style « je lâche ta copine et un bus d’innocents dans l’Hudson, qui vas-tu sauver ? », Britt et Kato décident de se faire passer pour des méchants. On s’y croirait ! En plus des « bad guys », ils descendent bon nombre de policiers, et sont la cause indirecte de la mort de nombreux civils innocents en sans défense. Un petit parfum de Jack Bauer
  • Oui, parce que les acteurs sont excellents. Bon je vais peut-être un peu loin là… Seth Rogen est « correct », Jay Chou et Cameron Diaz également. Mais Christoph Waltz est… waouh ! Il était déjà le meilleur dans Inglourious Basterds (excusez du peu), il le reste dans The Green Hornet. Il garde le rôle de « grand méchant », mais passe du nazi froid et pervers au baron de la pègre dépassé et presque attendrissant. Il marche dans les pas de Mark Strong (le super méchant de 2010, dans Sherlock Holmes, Kick-ass et Robin des Bois), en encore meilleur !
  • Non, parce que l’originalité ne fait pas tout ! Le scénario reste trop bateau, le spectateur n’est pas transporté dans l’univers du film. Les plans inspirés de BD (lorsque Kato combat) sont plutôt réussis, mais auraient pu être plus accentués encore, afin d’imprimer leur marque sur le film. Et que dire de la 3D… Bon sang, on se doute que c’est long à rentabiliser, le matériel pour tourner en 3D. Mais par pitié, qu’on arrête de nous imposer ces lunettes qui ne servent à rien ! The Green Hornet, exemple typique du film qui fait dépenser un à deux euros de plus pour rien. La 3D était une technologie ringarde il y a 10 ans… Il faut arrêter de croire que ce n’est plus le cas aujourd’hui !

Mon conseil : allez le voir pour passer un bon moment, mais essayez de trouver une salle qui le projette en 2D !

Rating 3.50 out of 5
[?]