Owen Wilson Archive

Midnight in Paris : Critique

Midnight in ParisIl avait provoqué le buzz il y a un an, avec l’annonce de la présence de Carla Bruni dans le casting : Midnight in Paris (Minuit à Paris en VF), le dernier Woody Allen, est sorti le 11 mai dernier.

L’histoire du film prend place à … Paris évidemment, où un couple de jeunes américains, Gil et Inez, vient préparer son mariage an compagnie des parents de la fiancée. Gil, incurable romantique, est un inconditionnel de la ville, ce qui ne manque pas d’irriter Inez, et ses parents. Alors que le fossé se creuse entre eux, notamment avec l’aide d’un ex d’Inez, Gil prend, aux 12 coups de minuit, un taxi qui va l’amener dans le Paris des années 20.

Un scénario original, voilà le principal trait caractéristique du nouveau Woody Allen. Je ne connaissais pas le thème du film avant de le voir, et, alors que le début du film laisse présager une nouvelle comédie romantique un peu plan-plan, le premier « voyage » de Gil m’a pris totalement à contrepied. La suite est également déroutante, puisqu’il se passe un moment avant que l’on sache si on est dans le rêve ou la réalité.

La deuxième force de Midnight in Paris est ses personnages. Du doux rêveur à ses différentes « rencontres », les personnages sont touchants, amusants, émouvants… Certes, les acteurs y sont pour beaucoup. Owen Wilson pour commencer, avec un rôle qui semble le suivre d’un film sur l’autre (grosso modo celui qu’il avait dans Marley & Moi). Rachel McAdams occupe quant à elle le rôle de la (très) jolie blonde, un incontournable des Woody Allen (hi Scarlett !). Quant aux personnages secondaires, ils sont bien souvent tordants, à l’image de Gad Elmaleh évidemment (facile pour lui, dès qu’on le voit à l’écran la salle est pliée en deux… Réflexe conditionné ?), d’Adrien Brody (Le Pianiste), ou Corey Stoll. Marion Cotillard quant à elle s’inscrit définitivement en « fantasme américain de la femme française ».

Midnight in Paris n’a malheureusement pas que des forces. A commencer par la carte postale de 5 minutes qui lui tient lieu de générique… J’ai hésité à quitter la salle à force d’attendre le début du film ; et encore, j’aime beaucoup Paris. Heureusement, on enchaîne directement avec une première scène à Giverny, ce qui rehausse le niveau ! Et qui nous montre d’ailleurs qu’Owen Wilson aime les excès de vitesse, puisqu’il se retrouve en plein coeur de Paris 30 minutes après !

Le plus gros défaut de ce film, selon moi, a un nom : Carla Bruni-Sarkozy ! Certes, elle est belle notre première dame, très belle même. Mais qu’elle joue mal ! J’en avais mal au ventre pour elle : c’est tout bonnement une catastrophe. C’est très décevant de la part de Woody Allen, qui a apparemment préféré faire le buzz plutôt que prendre une vraie actrice. Etait-ce une condition pour qu’il bénéficie du « crédit d’impôt international » du CNC ?

A part ces deux écueils, Midnight in Paris est un film mignon, à mi-chemin entre les deux définitions du terme « romantique ». Par contre, vu les réactions des spectateurs, le film a l’air assez clivant : de nombreuses personnes autour de moi n’ont pas accroché, et ont trouvé le film mauvais. Personnellement, j’ai trouvé Match Point mauvais, là ce n’était pas le cas !

Rating 3.67 out of 5
[?]

Comment savoir : Critique

Comment SavoirJ’espère que vous appréciez le caractère éclectique de ce blog ! Après la critique du film Le Discours d’un Roi la semaine dernière, voici dans un tout autre genre celle de Comment savoir (How do you know), de James L. Brooks. Du film historique interprété brillamment pas Colin Firth (entre autres), je passe à une romcom de base, et sans complexe !

L’avantage des comédies romantiques, c’est qu’il est impossible de spoiler le visiteur, puisque décrire l’histoire initiale permet de connaître tout le déroulement du film. Dans Comment savoir, Lisa Jorgenson (Reese Witherspoon), une joueuse de baseball internationale, se retrouve du jour au lendemain mise à la retraite « forcée ». Elle lutte contre son malheur en s’oubliant dans les bras draps d’un baseballeur international écervelé (Owen Wilson). En parallèle, George Madison (Paul Rudd) est impliqué à son insu dans une sombre histoire de fraude financière. Il croise Lisa par hasard, et… Je ne vais pas vous gâcher la fin (oui ça se termine comme vous pensez que ça se termine) !

Pas besoin de tourner en rond pendant plusieurs paragraphes : le film est (relativement) nul. Le scénario est mauvais, l’histoire ne s’enchaîne pas du tout logiquement, on a du mal à y croire. Les personnages sont grotesques, les situations improbables, et les scènes rivalisent de gros-sabots-itude. On s’ennuie clairement pendant la première partie du film, un peu moins par la suite mais c’est très insuffisant !

Reese Witherspoon - Comment SavoirHeureusement, le casting est loin d’être mauvais. C’est d’ailleurs quasiment la seule chose qui sauve le film. C’est avec plaisir que nous retrouvons Paul Rudd dans un rôle quasi-principal ; depuis Friends, il nous manquait ! (le fait d’avoir revisionné l’intégrale de Friends depuis septembre 2010 joue peut-être) Il vous séduira sans doute, mesdames. Pour vous messieurs, pour le plaisir des yeux, le rôle principal est assuré par Reese Witherspoon. Assurément l’une de mes actrices préférées depuis Walk The Line, elle est une nouvelle fois sublimissime ici. Ces deux-là font un peu oublier Owen Wilson, dont le personnage dans le film est pourtant le seul à peu près intéressant, et Jack Nicholson, qui joue le père de George. Ceci dit, lui, on aurait préféré l’oublier totalement, vue la prestation qu’il livre ici.

Pas grand-chose à garder donc. Ou alors, il faut avoir un vrai cœur d’artichaut, et comme évidemment je fais partie de cette catégorie, je garde finalement un bon souvenir du film. Du point de vue des émotions qu’il nous fait ressentir évidemment, tout le reste étant à mettre à la poubelle (à part Reese évidemment !).

Rating 3.00 out of 5
[?]