Le Prénom : Critique

Le Prénom : AfficheChaque année, on a le droit à notre quota de films français mettant en scène un dîner entre famille/amis qui tourne plus ou moins mal. Et depuis 2009 et Le code a changé, on a Patrick Bruel dedans. Cette fois, il s’agit du film Le Prénom, adaptation de la pièce de théâtre éponyme.

L’avantage de ces films est que le scénario est relativement simple. Trois amis, Vincent, Pierre et Claude, organisent un dîner avec leurs conjointes respectives (pour les deux premiers). Petit à petit, l’ambiance va se dégrader, et faire exploser ce groupe d’amis. Dans Le Prénom, l’élément pertubateur est le suivant : Vincent leur annonce que sa femme et lui ont trouvé un prénom pour leur enfant. Un prénom qui va changer le cours de la soirée.

Tout d’abord, première remarque, je tire mon chapeau à l’équipe du film et aux spectateurs, qui ont en grande partie respecté le secret entourant le prénom que Patriiiick envisage de donner à son fils. Bon évidemment je ne suis pas allé fouiller partout sur le net pour le connaître (je suis d’ailleurs allé voir le film un peu par hasard), mais rien n’avait filtré, en dépit du battage médiatique autour du film ces dernières semaines. Si vous êtes sages, je vous le donnerai à la fin !

Pour le reste, le film est assez classique, et porte à chaque instant son historique de pièce de théâtre. Peut-être un peu trop d’ailleurs, car certaines scènes passent beaucoup moins bien que sur… scène justement. D’ailleurs, je n’ai pas vu la pièce, mais il me semble qu’il y a un énorme pompage de Art, de Yasmina Reza. Hormis la présence des épouses, on retrouve les trois amis, qui ont d’ailleurs exactement les mêmes profils (l’hyper-rationnel, le sensible un peu naïf, et le « compromis mou »). L’élément perturbateur est du même ordre d’idée, l’achat d’un tableau blanc d’une part, et le choix d’un prénom absurde d’autre part.  Il faut en fait attendre environ une heure pour que l’histoire ne s’écarte de celle d’Art.

Pas de surprise pour le reste ; on rigole assez souvent, certains passages sont plus chargés émotionnellement, le spectateur peut s’identifier à l’un et/ou l’autre des personnages, etc. Du classique, du grand classique même.  Les acteurs ne sont pas mauvais (quatre sur cinq sont les mêmes que dans la pièce : Patrick Bruel, Valérie Benguigui, Guillaume de Tonquédec et Judith El Zein) ; le meilleur est paradoxalement le seul à ne pas être issu du théâtre, Charles Berling.

Pas la peine de dépenser son argent de poche pour aller voir ce film donc. Certes, le film divertit, mais il divertira tout autant lorsqu’il passera à la télévision, d’ici quelques temps !

Note du film :  ★★★☆☆ 

Rating 3.00 out of 5
[?]