Rebecca Hall Archive

Lady Vegas, les Mémoires d’une joueuse : Critique

Affiche Lady VegasPrenez Bruce Willis, Catherine Zeta-Jones, Rebecca Hall et Vince Vaughn, mettez-les dans une boîte de pellicule, secouez-le tout, et vous obtenez… Un blockbuster ? Un énorme succès au box office ? La comédie de l’année ? Rien de tout ça. Un film qui, avec 73 copies en France (moins que Starbuck, par exemple), réalise péniblement 16 000 entrées lors de sa première semaine, à la 19ème place du box office. Et qui en disparaît totalement la semaine suivante. Pourquoi ?!

Lady Vegas (pour simplifier) est l’adaptation d’une nouvelle autobiographique de Beth Raymer, une stripteaseuse qui se recycle chez un bookmaker, Dink, à Las Vegas. Alors qu’elle a enfin trouvé un travail qui la passionne, elle va faire les frais de la jalousie de la femme de Dink, et va être obligée de rebondir à New York puis à Curaçao…

Je ne suis pas assez spécialiste pour pouvoir dire pourquoi le film a fait un flop total… Mais j’avancerai tout de même une piste : parce qu’il est nul. Dur ! On voit à peu près ce qu’ont cherché à faire les auteurs/réalisateurs ici, une sorte de Las Vegas 21 en plus amusant. Et bien, c’est raté !

Pour commencer, l’histoire est particulièrement annuyeuse, avec des rebondissements inintéressants et néanmoins incessants… Impossible d’accrocher. C’est vraiment dommage, parce que l’univers des bookmakers que l’on entrevoit ici semble captivant. Mais il est mis au second plan, le scénario préférant s’apesantir sur les relations de Beth avec les différents hommes qu’elle croise. Vous me direz, c’est tiré d’une autobiographie, donc c’est normal. Peut-être, mais ce n’est pas une raison ni une excuse pour pondre un film poussif !

Et les acteurs alors ? Parce que c’est tout de même le gros point fort du film : l’affiche ! Et il faut bien le reconnaître, les prestations de Bruce Willis et Catherine Zeta-Jones sont loin d’être mauvaises. Même s’ils ne m’ont pas fait sourire, ils ont visiblement fait des efforts pour relever la sauce. Vince Vaughn est quant à lui égal à lui-même, ni plus, ni moins. Mais Rebecca Hall… La révélation de Vicky Cristina Barcelona, dans lequel elle réussissait à voler la vedette à Penelope Cruz et Scarlette Johansson (!), est ici… pire que médiocre. Dans un rôle d’adolescente attardée, elle développe un jeu de clichés, transformant la grande majorité de ses scènes en calvaire pour le spectateur.

Je ne vois au final qu’une seule explication à ce film. Les acteurs et le réalisateur ont décidé de tourner pour s’amuser, sans aucune prétention. Juste histoire de passer du temps ensemble sur le plateau, sans se soucier du résultat final. Cette version pourrait rattraper les choses ; après tout, s’ils se sont fait plaisir. Espérons juste qu’il ne s’agisse pas d’une énième tentative de boîte à fric ratée…

Note du film :  ★☆☆☆☆ 

Rating 3.00 out of 5
[?]

The Town : Critique

The TownLe petit dernier de Ben Affleck sort aujourd’hui dans les salles. J’ai testé pour vous !

L’histoire : Doug MacRay (Ben Affleck) est un criminel de Charlestown Boston). Son passe-temps favori : le braquage de fourgons blindés et de banques. Jusqu’au jour où il braque la banque de Claire Keesey (Rebecca Hall), et, évidemment, tombe amoureux d’elle.

Sans être le film de l’année, The Town reste un long métrage sympathique et divertissant.

Certes, le scénario (bien qu’inspiré du roman Prince of Thieves) n’a rien d’original (mini spoil, mais pas trop).

Afficher »

Le méchant au bon coeur qui tombe amoureux de la gentille, qui lui cache qui il est, jusqu’au moment où ses amis (les vrais méchants) et le FBI s’en mêlent. Le « coup de trop » qu’on le force à faire. Le « mot-clé » utilisé par Claire pour prévenir Doug. Le « partons ensemble », qui tourne mal… Etc.

Une histoire vue et revue, dans plein de contextes différents.

Certes, la mise en scène n’est pas non plus énorme. Assurée par Ben Affleck himself, l’enchaînement de certaines séquences surprend… La camionnette des protagonistes à deux doigts du tonneau dans une course poursuite, heurtant le trottoir et décollant les deux roues sur le côté, qui se retrouve sur le plan suivant parfaitement alignée dans la rue, sans une secousse. La phrase sortie de nulle part de Rebecca Hall

Afficher »

« C’est par une journée comme ça que mon frère est mort »

, qui arrive comme une perruque dans le potage… Le sourire euphorique de Rebecca Hall sur la photo prise pas le FBI alors qu’elle est censée être totalement sous le choc, tremblante, etc.

Mais mais mais… On se laisse prendre au jeu.Le spectateur arrive au coeur de l’action, puisque la première scène est précisément le braquage de la banque de Claire. Le rythme va alors crescendo : du jeu de séduction entre Claire et Doug (qui ne dépasse jamais la barrière du ridicule fleur-bleu) jusqu’à la dernière scène d’action, la pression monte petit à petit. On finit même par retenir son souffle pour des scènes relativement banales

Afficher »

, comme celle où Jem surprend Doug et Claire sur une terrasse

.

Les acteurs sont bons (même Ben Affleck, qui n’a pourtant qu’une seule expression dans son jeu, qu’il fasse l’amour ou qu’il assiste à la mort des gens qu’il aime), surtout Jeremy Renner (Jem), qui excelle dans son rôle de psychopathe violent, et Pete Postlethwaite (Fergie), qui redevient pour un temps Maître Kobayashi (Usual Suspects), après avoir joué le rôle d’un vieillard mourant dans Inception.

Conclusion, si vous aimez les films d’action/gangsters, The Town vous plaira assurément. Si vous n’aimez pas particulièrement le genre, alors il vous divertira un moment. Si vous détestez la violence et les clichés (on remerciera à ce titre la dernière image du film !), passez votre chemin !

Edit : On me dit que j’oublie les femmes dans le jeu des acteurs… C’est vrai, Rebecca Hall fait bien la traumatisée. Malgré cela, elle n’atteint pas son niveau dans Vicky Cristina Barcelona, et reste un peu trop transparente à mon goût. Blake Lively (Gossip Girl) quant à elle s’intègre bien dans son rôle de shootée/paumée, mais bon je ne trouve pas son personnage transcendant. Il ne suffit pas de s’être fait pousser une paire de seins !

Rating 3.00 out of 5
[?]