Sam Worthington Archive

Mes critiques : Février-Mars 2012

Les mois de février et mars de cette année sont riches en films intéressants… Ajoutez à cela un contexte chargé d’obligations en tous genres, et vous obtenez le retard considérable que j’accumule sur ce blog ! Ce sont pas moins de 7 films vus en deux mois que je n’ai pas eu le temps de critiquer. Plutôt que repousser chaque article ad vitam eternam, je vous en livre une version short aujourd’hui.

Mission Impossible 4Mission : Impossible 4

Le retour de Tom Cruise a.k.a. Ethan Hunt. Le film fait son job, sans aller beaucoup plus loin. Tout commence à Budapest, par une mission qui tourne mal (cela vous rappelle-t-il quelque chose ? C’était le premier opus, à Prague). La suite va toujours plus loin, toujours plus fort, avec la dissolution de l’agence IMF, la destruction du Kremlin, l’escalade de la plus grande tour du monde à Dubaï, etc. Vous voulez du spectacle ? Vous en aurez. Sans faire surchauffer vos neurones ! Mention spéciale pour Léa Seydoux, qui joue un rôle non négligeable dans le film (c’était les 2 minutes cocoricos de l’article).

Note du film :  ★★½☆☆ 

Café de FloreCafé de Flore

En parlant de surchauffe de neurones… Voici un drame prise de tête, histoire croisée de Vanessa Paradis et son fils trisomique d’une part, et d’un DJ montréalais divorcé d’autre part. Hélas, le film tourne court ; façon de parler, car avec une durée de deux heures, le film est extrêmement long. Mais hormis la bande originale, qui est extrêmement puissante, rien n’est à sauver. A l’image de la prestation de Vanessa Paradis, qui confirme ici son manque de talent d’actrice (à part dans La fille sur le pont et L’Arnacoeur, les exceptions qui confirment la règle).

Note du film :  ¾☆☆☆☆ 

Sherlock Holmes 2Sherlock Holmes 2

Guy Ritchie avait revisité en 2009 l’oeuvre de Conan Doyle, façon blockbuster. Le tout était drôle, rafraîchissant, avec du suspens et de l’action… Une réussite, en somme. La barre était donc placée haut pour ce deuxième opus, et, effectivement, c’est raté. C’est le piège lorsqu’un concept particulier fonctionne bien : forcer le trait jusqu’au ridicule (spéciale dédicasse au Capitaine Jack Sparrow !). Le film est trop long, sans relief, et galvaude totalement le dernier problème, qui est pourtant un des livres majeurs de l’histoire.

Note du film :  ★★☆☆☆ 

Dos au murDos au mur

Rien n’arrête Sam Worthington, qui est à l’affiche de son 4ème film en un an (et qui apparaîtra bientôt dans la Colère des Titans)… Dans Dos au mur, il incarne un ancien policier accusé du vol d’un diamant à 40 millions de dollars, qui tente de prouver son innocence en menaçant de se jeter dans le vide. La mécanique rappelle très fortement Phone Game, et Dos au mur ne pâlit pas face à son illustre aîné. Le rythme est excellent, les acteurs relativement bons, l’intrigue absorbante… Et le tout est éclairé par le sourire de la magnifique Elizabeth Banks. A voir !

Note du film :  ★★★★☆ 

Les InfidèlesLes Infidèles

Jean Dujardin et Michel Hazanavicius. Voilà deux noms à la mode en ce moment, synonyme de bons résultats au box office. Nous les retrouvons avec Les Infidèles, un ensemble de courts métrages dans la lignée de I Love Paris et autres. Après avoir provoqué le buzz avec la censure de ses affiches (censure totalement injustifiée d’ailleurs), le film avait soulevé une attente forte. Il commence très fort, avec un court hilarant, mais retombe très vite dans le pathétique. On imagine que c’était voulu, les différents réalisateurs ayant sans doute voulu condamner l’infidélité, mais ils le font très mal, et on s’ennuie pendant une bonne partie du film. Heureusement, le court sur les Sex Addict Anonymes est très drôle, avec notamment un Guillaume Canet à mourir de rire. Mais cela fait un peu juste pour sauver le reste.

Note du film :  ★★¼☆☆ 

Nos plus belles vacancesNos plus belles vacances

Depuis les Bronzés, les films de vacances entre amis sont devenus un genre bien spécifique du cinéma français. Au fil des années, ils ont quitté leurs habits de film comique pour se tourner vers la comédie dramatique. Cela a pu donner des petits chefs d’oeuvre tels que Le Coeur des Hommes, ou, dans une bien moindre mesure, Les Petits Mouchoirs. Nos plus belles vacances s’inscrit dans cette lignée, en bien moins réussi. Aucun relief, on a l’impression d’avoir vu et revu chaque rebondissement dans les téléfilms du samedi.

Note du film :  ★¼☆☆☆ 

ClocloCloclo

Last but not least, le biopic de Claude François éclaire – sans vilain jeu de mot – le spectateur sur la vie de l’autre idole des jeunes. On y découvre le chanteur énervé en psychopathe talentueux ; espérons qu’au paradis des chanteurs morts ils n’aient pas d’UGC, sinon certains vont prendre très cher ! Le film est intéressant, souvent émouvant (mention spéciale à la scène durant laquelle Cloclo découvre la version de Comme d’habitude par Sinatra, qui prend aux tripes), mais très/trop long. 2h30, c’est à la fois court pour reprendre toute la vie de notre superstar franco-française, et extrêmement long pour un film de ce genre. Pourtant, il était assez facile de couper un peu plus court ; certaines scènes, telles que l’écriture de Comme d’habitude (avec Claude François cherchant les paroles : « hmm ça pourrait faire… hmmm… Comme tous les jours » – sic), frisent le ridicule. Résultat, le spectateur se met à attendre assez impatiemment l’arrivée de L’Ampoule – ce qui, vous en conviendrez, est assez morbide. Mention spéciale aux acteurs, qui sont vraiment très ressemblants aux personnages originaux. Impressionnant !

Note du film :  ★★★¾☆ 

 

Rating 3.00 out of 5
[?]

Killing Fields : Critique

Killing FieldsMa première séance de cinéma de 2012 a été choisie un peu par hasard. Et c’est un film policier aux forts accents de thriller qui a été l’heureux élu : Killing Fields.

Killing Fields sont des bayous du Texas dans lesquels les femmes disparaissent, et sont retrouvées assassinées. Deux policiers, Mike et Brian, enquêtent dans le district voisin sur une enquête qui va les mener au cœur de cette série de meurtre.

On peut résumer le film assez facilement : il s’agit d’un Seven en moins bien. On y retrouve à peu près tous les éléments du film culte, hormis les péchés capitaux (faut pas pousser quand même) : le tueur en série évidemment, le flic qui débarque tout juste dans les parages vs. son partenaire désabusé, l’environnement glauque où la loi n’existe pas, etc. Malheureusement, tout est beaucoup moins bien mené que dans Seven, et on a l’impression de n’en voir qu’une pâle copie. L’histoire est brouillonne, et assez difficile à suivre.

Le casting est en revanche intéressant, et rappelle un peu celui de L’Affaire Rachel Singer. On retrouve en effet le duo Sam Worthington / Jessica Chastain, cette fois-ci épaulé par Jeffrey Dean Morgan (le Javier Bardem qui ne s’est pas pris de mur quand il était petit, et que l’on a pu apercevoir dans P.S. I Love You ou Grey’s Anatomy).  Ils développent un jeu profond auquel on adhère rapidement, mais qui, à l’image du reste du film, n’est pas au niveau de celui de leurs illustres prédécesseurs (Brad Pitt, Morgan Freeman, Kevin Spacey, Gwyneth Paltrow…). Petite mention concernant la présence de Chloe Grace Moretz, la petite fille irrésistible de Kick-Ass : son jeu est toujours assez impressionnant pour son âge, mais moins tout de même que précédemment. A noter les premiers signes d’un potentiel futur « too ugly to be in a movie » ; rendez-vous d’ici cinq ans pour voir ce qu’il en est !

Si vous n’avez pas encore vu votre premier film de l’année, vous le savez désormais : évitez Killing Fields ! Et si vous êtes en manque de suspens, de meurtres et de psychopathes, préférez Seven !

Note du film :  ★¾☆☆☆ 

Rating 3.00 out of 5
[?]

L’Affaire Rachel Singer : Critique

L'Affaire Rachel SingerLes très bons films étaient rares en juin. Parmi eux, une exception notable : L’Affaire Rachel Singer, remake du film israélien The Debt.

Le film retrace l’histoire de trois agents du Mossad dont la mission est de capturer le « chirurgien de Birkenau », un nazi sadique, à Berlin Est, et de le ramener en Israël afin qu’il soit jugé. Trente ans après, Rachel Singer, l’une des trois agents, se remémore l’affaire, et surtout ses zones d’ombres.

A l’origine, rien ne me poussait à aller voir ce film. Je n’avais pas vu le premier film, et ne suis pas fan du cinéma israélien. Je ne suis pas non plus grand amateur des films sur les nazis, la seconde guerre mondiale, etc. Mais il faut bien avouer que L’Affaire Rachel Singer a été une excellente surprise !

Le scénario est très bien ficelé, on accroche d’entrée, et il nous tient en haleine jusqu’aux dernières minutes. Les allers-retours entre 1966 et 1997 ne sont pas du tout déroutants, et suffisamment bien faits pour que l’on reste « dans » l’action tout au long du film.

Les acteurs sont très bons aussi. A commencer par Jessica Chastain (Rachel Singer de 1966), très attachante, et l’incontournable Helen Mirren (Rachel Singer de 1997). Sam Worthington, l’homme qui n’a pas profité du triomphe d’Avatar (à comparer avec Leonardo diCaprio avec Titanic), tire relativement bien son épingle du jeu (même s’il est quasi mono-expression, ceci expliquant sans doute cela). Marton Csokas (le méchant de xXx) a une nouvelle fois le rôle de gros dur un peu salaud, ce qui lui convient à merveille (même si j’aurais préféré Clive Owen à la place).

L’Affaire Rachel Singer reste une de mes meilleures surprises cinématographique depuis La vie des autres, et ce n’est pas peu dire !

Rating 3.00 out of 5
[?]

Last Night : Critique

Last NightCa faisait longtemps que je n’avais pas parlé comédie romantique… Ca tombe bien : je suis allé hier voir Last Night, premier film de Massy Tadjedin, scénariste (et maintenant réalisatrice) iranienne.

L’histoire : Joanna et Michael Reed vivent un mariage tranquille à New-York. Peut-être trop tranquille d’ailleurs. Un soir, Joanna découvre une collègue de Michael, Laura, avec qui il entretient des liens ambigües. Après avoir surmonté une mini-crise, le couple va être confronté à la tentation de l’adultère, chacun à sa façon, l’un avec sa collègue, l’autre avec Alex, son ancien amant.

Trompera, trompera pas ? C’est la grande question du film. Comme ça, ça peut paraître assez mince comme intrigue. Mais, peut-être est-ce mon côté fleur bleue, j’ai trouvé que la problématique de l’adultère était ici relativement bien traité. Certes, on n’est pas au niveau de Closer : Entre adultes consentants, mais ce qui nous intéressait alors était comment faire vivre un « vrai » quatuor amoureux. Ici, à travers les histoires parallèles de Joanna et Michael, M. Tadjedin traite la tentation sous deux angles différents. Et pose la question, finalement primordiale : jusqu’où peut-on aller dans ce schéma de séduction avant qu’il soit trop tard ? Quel est ce moment où il faut être suffisamment fort pour dire « non » ? A cette question, le film en ajoute après coup deux autres : qu’est-ce que « tromper » quelqu’un ? (non on est loin du « s…., c’est tromper ? » !) Et vaut-il mieux succomber à la tentation ou vivre sa vie avec le regret de ne pas l’avoir fait ?

Last Night : Sam Worthington et Eva MendesComme dans Closer, Last Night met en scène quatre acteurs de renom. Keira Knightley (Pirates des Caraïbes) et Sam Worthington (Avatar) dans les rôles principaux, Guillaume Canet (Joyeux Noël, Jeux d’enfants, Vidocq, etc.) et Eva Mendes (Hitch, La nuit nous appartient…) dans les rôles secondaires. J’ai bien dit « de renom », pas forcément « talentueux ». Certes, Guillaume Canet est bon, et je ne dis pas ça par chauvinisme, mais il faut avouer que ce garçon, du talent, il en a. Et pas seulement en tant qu’acteur ! Ensuite vient Keira Knightley. Si je n’aime pas la façon dont elle joue, il faut bien reconnaître qu’elle a dans ce film du courage : on voit ici que sans maquillage, elle est totalement quelconque, alors qu’elle rejoint le top de Maxim, FHM, etc. sinon. Eva Mendes, c’est un peu différent : c’est typiquement le cas de l’actrice qui subit son physique « hors norme ». Elle peut essayer n’importe quoi, au moment de tourner, elle est sûre que le réalisateur préfèrera nous montrer ses seins et ses fesses que ses états d’âme. Alors je lui accorde le bénéfice du doute : peut-être qu’en plus d’être une actrice « bonne », elle est une bonne actrice. Et pour finir, Sam Worthington. Lui, on repassera. Dans le genre « mono-expression », après Matt Damon et le Maître du genre Keanu Reeves, il vient compléter le podium à merveille. Encore quelques films avec cette tête-là et il pourra prétendre à la première place !

Last Night : Keira Knightley et Guillaume CanetAu niveau réalisation, il y a certaines choses que je n’ai pas comprises. J’ai eu l’impression qu’on passait à côté de quelque chose, qu’on voulait nous faire ressentir de l’empathie pour les deux personnages secondaires, mais c’est raté. Au début, le personnage de Guillaume Canet est touchant, et on se dit que ça a marché. Mais il devient rapidement antipathique. Pour Eva Mendes, c’est l’inverse. Je pense que M. Tadjedin aurait mieux atteint son but en nous faisant ressentir ce que ressentent les personnes principaux, à savoir une tentation permanente. Mais la vraie faute que la réalisatrice commet, c’est la toute fin du film. Je ne spoilerai pas, promis, mais la dernière demi-seconde du film est une grossière erreur je pense. Le premier devoir du scénariste, à mon sens, est de prendre ses responsabilités, et de faire des choix. A part dans certains cas très précis (comme dans Inception par exemple), il peut se permettre de laisser le spectateur le faire à sa place. Mais ici, il n’a juste pas fait son boulot. En ne choisissant pas ce que dit Joanna, il tue la fin du film. Alors qu’elle n’était même pas obligée de parler ! (oui ça commence à être technique, et il faut voir le film pour comprendre)

Last Night, un film à aller voir si vous aimez les films sentimentaux au premier sens du terme, c’est-à-dire non pas les films clichés à l’eau de rose, mais ceux qui réfléchissent vraiment aux sentiments des personnages.

Rating 4.33 out of 5
[?]