The Descendants : Critique

The DescendantsComme en témoignent les notes des films dont j’ai fait la critique précédemment, ceux méritant le détour (et les 10€) sont rares en ce moment. The Descendants est peut-être l’exception.

De prime abord, le scénario ne paraît pas très réjouissant. Matt King, avocat hawaïen héritier d’une princesse de l’archipel, est chargé de mettre en vente les terrains familiaux. Gérant avec difficultés les relations entre ses différents cousins, aussi bien que ses relations avec sa femme et ses deux filles, il va voir sa vie bousculée par un accident qui plonge sa femme dans le coma.

Rien ne sert de le cacher : l’histoire n’est effectivement pas très gaie. Par certains côtés, elle rappelle vaguement celle des Invasions Barbares. Même si le film n’arrive pas à égaler son excellent prédécesseur, il s’en tire finalement assez bien.

George Clooney est particulièrement émouvant, dans ce rôle ambiguë à plusieurs titres. Matt King est-il victime des événements et du cours des choses, ou est-il coupable de n’avoir pas agi pour les contrecarrer ? Est-il en train de construire de nouvelles fondations pour sa famille, ou de préparer le « départ » de sa femme ?

La plupart des autres personnages sont littéralement éclipsés par la performance de George « WhatElse » Clooney, hormis sa fille, interprétée par Shailene Woodley, qui apporte un peu d’équilibre au film. Il s’agit d’ailleurs de la grande révélation du film (elle n’a tourné pour le moment qu’à la télévision). Une actrice à surveiller, même si dans un premier temps elle risque d’être cantonnée à des rôles d’adolescentes pénibles-mais-pas-tant-que-ça.

Note du film :  ★★★★☆ 

Rating 3.00 out of 5
[?]